Archives de catégorie : Arts

L’Impudence des Chiens

Le comte de Dardille a un petit problème. Sa femme, la comtesse Amélie de Figule, demande le divorce après seulement six mois de mariage. Le comte n’a d’autre choix que de demander conseil à son ami, le marquis. Quelle est la raison de ce mariage brisé ? L’officier réformé et le chef de bataille ne parvient tout simplement pas à remplir ses obligations conjugales dans le lit commun.

Le lit conjugal sera sans coup férir le champ de bataille du siècle à venir.

On comprend que la comtesse de cette tragi-comédie en quatre actes ne veuille plus rester les bras croisés. Elle veut des enfants et si son époux ne parvient pas à la mettre enceinte, elle veut obtenir l’annulation de son mariage pour tenter sa chance dans une nouvelle union avec un homme capable.

Continuer la lecture de L’Impudence des Chiens

Aïe, je suis toujours vivant !

Ce qui n’est typiquement que la lecture des juges, de la police et des procureurs est devenu un best-seller inattendu en 2006. D’abord en Italie, puis dans le monde entier, le premier ouvrage de Roberto Saviano, Gomorrha, a pris d’assaut les listes de best-sellers. Le Napolitain y décrivait, sur la base de sa propre expérience et de nombreuses recherches, l’action de l’organisation mafieuse Camorra dans sa ville natale et nommait les chefs et les coupables par leur nom complet.

A cause de cette attention, il est devenu la cible de la mafia et vit depuis sous protection policière permanente. Et c’est cette vie menacée et isolée que décrit la bande dessinée « Je suis toujours vivant », mise en scène de manière impressionnante par le dessinateur Asaf Hanuka.

Continuer la lecture de Aïe, je suis toujours vivant !

Tirez sur Ramirez, bon sang !

Le mécanicien d’aspirateurs muet Jacques Ramirez ne veut rien d’autre que faire son travail en toute tranquillité. Et il le fait très bien. Pour cela, après des années passées dans son entreprise Robotop, il est nommé employé de l’année, juste avant que le bâtiment n’explose avec son patron et les journalistes qui s’y trouvaient.

Ramirez est rattrapé par sa sombre histoire familiale, avec laquelle il n’a jamais voulu avoir affaire et qui a pris un tout autre chemin. Mais un cartel de la drogue mexicain, un tueur au sang froid et les deux personnages de Thelma & Louise, Chelsea Tyler et Dakota Smith, croisent sa route et laissent derrière eux une trace sanglante. Mais le passé de Jacques Ramirez n’est pas non plus tout à fait sans reproche et l’histoire se complique.

Continuer la lecture de Tirez sur Ramirez, bon sang !

Un automne meurtrier dans la Somme

Un industriel est retrouvé étouffé par son propre sang sur un yacht échoué, et la police tâtonne dans le noir. Car en réalité, Alexandre de Breucq était apprécié de tous.

L’inspecteur Broyan, de la police parisienne, se lance à la recherche du meurtrier et découvre des abîmes de plus en plus profonds de l’homme qu’il a tué, tout en étant confronté à sa propre histoire familiale.

Continuer la lecture de Un automne meurtrier dans la Somme

Un magazine pour les hommes au cœur tendre

Ceux qui apprécient The New Yorker ou The Chicagoan en tant qu’amateurs de magazines de l’ère du jazz pour leurs excellents reportages et leurs couvertures artistiques, prendront beaucoup de plaisir à lire la série d’albums de bande dessinée en deux volumes Gentlemind.

L’histoire se déroule dans les années 1940, où la showgirl Gina Navit sert de muse et d’amour à Arch Parker, un illustrateur en pleine ascension. En proie à des soucis d’argent, Arch décide de partir en Europe pour faire des reportages de guerre. Gina, qui ne peut échapper à ses admirateurs, a le cœur brisé et épouse le riche magnat du spectacle Powell. A la mort de ce dernier, Gina hérite de ses biens, y compris d’un magazine masculin moribond, dont elle fait un succès en modifiant avec succès les reportages et les graphiques.

Continuer la lecture de Un magazine pour les hommes au cœur tendre

Les Contes Drolatiques

Donner un reflet de la société est un motif récurrent dans l’histoire de la littérature. Ce qui avait connu son apogée au Moyen Âge avec la Divine Comédie de Dante s’est poursuivi jusqu’à Honoré de Balzac qui, avec ses Contes Drolatiques a dressé un tableau des mœurs de la haute société française vers 1830.

Les frères jumeaux Paul et Gaëtan Brizzi, nés en Italie, qui ont grandi à Paris avant d’émigrer à Hollywood en 1994 pour travailler pour Disney Studio, Pixar et Sony, se sont attaqués à trois histoires de Balzac dans un album de bande dessinée très léger. En une seule couleur, ils guident les lecteurs à travers le monde des années 1830 de manière divertissante et avec un style de dessin vif, en s’attaquant habilement à la société, à l’église et à la morale.

Continuer la lecture de Les Contes Drolatiques

Cahiers japonais d’un Italien

Qui ne l’a pas fait ? Vous fouillez dans une librairie, et une œuvre qui vous plaît et dont vous ne connaissez pas l’auteur attire votre attention. Igort – abréviation d’Igor Tuver – un dessinateur italien né en Sardaigne, a été responsable de Les Cahiers Japonais (Tome 1-Un voyage dans l’empire des signes. L’artiste y documente ses années à Tokyo, où il dessine des mangas très populaires pour divers éditeurs depuis les années 1990.

Et le style d’Igort est polyvalent, comme vous pouvez le voir dans ses carnets japonais. Mi-bédé, mi-récit, il nous guide à travers son expérience personnelle avec ses séjours de plus en plus courts au Japon, et nous fait découvrir l’histoire, les histoires et les particularités du Japon. Il change ses styles de dessin pour s’adapter au niveau narratif respectif.

Couverture du Japanese Notebooks
Continuer la lecture de Cahiers japonais d’un Italien

Duckenstein et son homoncule de canard

Depuis quelque temps, la maison d’édition Glénat publie une nouvelle série de bandes dessinées Donald Duck et Mickey Mouse qui se distinguent par leur qualité. Après des volumes merveilleusement dessinés comme Horrifikland ou Mickey et l’océan perdu, Duckenstein sort maintenant.

Comme on peut le voir dans le titre et la photo de couverture, il s’agit d’une adaptation du Frankenstein de Mary Shelley. L’histoire de l’auteur de fiction Mary Shelduck suit de très près l’intrigue de Shelley, avec de légères adaptations qui la rendent moins sombre et plus légère pour un public plus jeune. Bien sûr, tous les personnages connus apparaissent, tels que l’oncle Balthazar von Picsou, Gontran Cléryval, Daisy Beth, et les neveux Wilm, Wolf et Waldo. Donald Duck lui-même, est Victor von Duckenstein. L’intrigue elle-même se déroule en partie à Ingolstadt et en partie dans le monde entier.

Art de couverture Duckenstein
Continuer la lecture de Duckenstein et son homoncule de canard

Sangre – Une fille voit rouge

Une jeune fille dotée d’un don rare fait une entaille après l’autre à un prêtre pour le saigner le plus douloureusement possible. Voici l’introduction d’une histoire du très dynamique scénariste français Christophe Arleston et habilement mise en scène par Adrien Floch.

Ce qui commence par une incroyable brutalité aux mains de la jeune Sangre a une histoire qui remonte à des années. Ses parents, qui étaient marchands de vin, ont été massacrés par les Sombres Écumeurs, avec leur caravane, dans le monde fantastique. Les Écumeurs utilisent des dragons volants pour attaquer leurs victimes, les massacrer avec des armes magiques et traditionnelles, et voler leurs biens.

Continuer la lecture de Sangre – Une fille voit rouge

Le prince playboy du Japon fête ses mille ans

Pour féconder la concubine du père, pour être banni de la cour, beaucoup de belles femmes et lardés de poésie. Il y a mille ans, cela sonnait comme un excellent ingrédient pour un matériau captivant, et mille ans plus tard, c’est toujours le cas.

Il s’agit de Le Dit du Genji, le premier roman jamais écrit sur un prince fictif, qui a été inventé à la cour impériale japonaise vers l’an 1000 par la dame d’honneur Murasaki Shikibu (vers 978-1014).

La dame de la cour et l’auteur Murasaki Shikibu
Continuer la lecture de Le prince playboy du Japon fête ses mille ans