Djinn de mes rêves – Une excursion (érotique) dans le monde des sultans, des déesses et des maharajahs

Ceux qui ont grandi avec la série télévisée Jinny de mes rêves la magicienne sont déjà familiers avec le monde des génies. Dans cette série des années 1960, l’astronaute Tony Nelson, interprété par Larry Hagman, a trouvé sur une plage une bouteille dans laquelle se cachait le génie (« djinn ») Jeannie, joué par Barbara Eden. Ses pouvoirs magiques (et sa jalousie) mettaient régulièrement Tony Nelson en difficulté.

Près de soixante ans plus tard, le scénariste français Jean Dufaux et la dessinatrice espagnole Ana Miralles ont créé la série de bandes dessinées Djinn, dont 13 volumes ont été publiés. Si L’Enchanteresse Jeannie avait déjà un sous-entendu définitivement érotique dans la relation entre Nelson et Jeannie, cela devient beaucoup plus explicite dans cette série de BD. Et les noms de famille des protagonistes montrent également une référence à la série télévisée.

Dans les albums, dont les histoires se déroulent en trois cycles en Turquie, en Afrique et en Inde, il y a deux lignes narratives cohérentes. Kim Nelson, qui a grandi dans le Londres d’aujourd’hui, part à la recherche de l’histoire de sa mère et grand-mère Jade, qui aurait été un djinn. En tant que djinn, sa magie consistait à faire en sorte que les femmes et les hommes tombent désespérément amoureux d’elle et abandonnent tout pour elle, allant même jusqu’à la mort. Mais pour un djinn, cela signifie qu’il ne peut jamais ressentir d’amour, même s’il le désire, et que toutes les relations se brisent inévitablement.

Au cours de son enquête, Kim se rend compte que le sang de sa grand-mère djinn coule en elle et qu’elle possède donc également ce pouvoir (et qu’elle est liée à la malédiction). Au cours de ses recherches, qui doivent mener à un mystérieux trésor et à une perle noire contenant un liquide mystérieux, nous revivons sans cesse l’histoire de la séduisante Jade. Du harem du sultan d’Istanbul à une déesse africaine de la maladie et du malheur, en passant par le palais du maharajah d’Eschnapur en Inde, l’histoire alterne entre les années 1900 et les années 2000.

Ana Miralles au travail sur le tome 12 de Djinn

Nous avons un aperçu de l’empire colonial britannique qui s’effrite lentement avant la première guerre mondiale, du triangle amoureux entre Jade, Lady & Lord Nelson, ainsi que des partenaires amoureux complémentaires du harem du sultan, des tribus africaines et du palais d’amour du maharaja. Kim, tout comme sa grand-mère Jade, devient elle-même en partie le jouet de sa propre histoire, mais se transforme en une femme sûre d’elle en prenant conscience de ses pouvoirs. Ainsi, pour résoudre une partie du secret de sa grand-mère, elle doit se soumettre à l’épreuve des 30 cloches, au cours de laquelle elle doit prouver ses capacités amoureuses avec des partenaires toujours différents pour obtenir une clochette.

Les scénarios entraînent sans cesse les lecteurs sur de nouveaux chemins tortueux, accompagnés de dessins enchanteurs. Les couleurs, les détails et le dynamisme portent le récit, les relations et l’érotisme à un niveau artistique grâce au travail de Miralles. Chaque page est un régal pour les yeux, on ne se lasse pas de la regarder.

Les 13 albums, qui existent également en édition intégrale en trois volumes (Cycle Ottoman, Cycle Africa, Cycle Indien), sont parus aux éditions Dargaud.

Ana Miralles en train de travailler sur une couverture

Laisser un commentaire